Mis en avant

L’Acacia est en fleur !

Ça y est le Printemps est bien installé ! Après une tombée de neige tardive voilà que le soleil donne ! L’Acacia est en fleur en Drôme et la tension est à son comble… miellera ? miellera pas ? L’Acacia est une miellée sensible, capricieuse et… violente. Dans le métier on dit qu’elle donne tous les 5 ans, mais quand elle donne elle est généreuse.

Ici, il a miellé il y a 4 ans. Moi, j’y crois tous les ans. Quand je vois apparaître les grappes de fleurs et que la météo prévoit du beau pendant 10 jours une excitation monte et je ne tiens plus en place. J’ai un bon emplacement cette année, la complexité tenait à trouver des colonies assez fortes dans mon cheptel pour monter sur cette miellée. En effet, même si le nectar est abondant, si les colonies ne sont pas assez populeuses les hausses resteront vides. Alors j’ai choisi les plus belles en espérant qu’elles n’auront pas envie d’essaimer. C’est toute la difficulté de produire du miel : avoir des colonies fortes qui n’essaiment pas. Car qui dit essaimage dit pas de production de miel cette année.

L’Acacia est en fleur, les ruches sont en place, j’ai deux emplacements : un sur l’Acacia précoce et l’autre sur l’Acacia tardif (un peu plus au nord) afin de couvrir une amplitude de temps plus large et passer éventuellement entre les gouttes (très fréquentes à cette époque de l’année). Et voilà que les prévisions météo changent : on annonce des averses et du vent du nord. C’est pas bon ça. La pluie noie les fleurs et le vent arrête la montée de sève. Il me reste à espérer que la pluie sera fine et permettra juste aux fleurs de s’épanouir plus longtemps. Et pour le vent… peut être qu’il ne sera pas trop violent ?

L’espoir fait vivre… ! Allé j’espère cette année avoir du miel d’Acacia à vous proposer !

Mis en avant

2022 : Nouveaux partenariats, nouveaux points de vente !

Meilleurs voeux à toutes et à tous pour cette nouvelle année !

Cette année commence sur des chapeaux de roues pour moi. Avec de belles rencontres et de nouveaux partenariats !

Le miel étant un excellent cicatrisant et la propolis ayant des propriétés antiseptiques reconnues depuis l’Egypte antique, j’ai décidé de démarcher des professionnels ayant besoin de ces qualités pour leurs clients ou patients.

Tatouage Loup Golden Tattoo Shop, par Tony

C’est ainsi que j’ai la joie de vous annoncer que Fleur de Miel est désormais le sponsor officiel de Golden Needles Tattoo Shop à Valence. Vous trouverez mes baumes en vente sur place et Tony utilise le Baume d’Abeille pour tatouer.

Le Baume Propolis est conseillé pour les premiers jours suite au tatouage afin d’apaiser l’inflammation et de garder la peau hydratée tout en profitant des vertus cicatrisantes du miel.

Le Baume d’Abeille est quant à lui conseillé pour l’entretien quotidien du tatouage pour garder la peau souple et hydratée.

J’ai rendez vous la semaine prochaine avec la podologue Sarah Allouche afin d’entamer une phase de test des baumes sur des peaux à problèmes sérieux. Retour en image à venir !

Enfin voici de nouveaux points de vente :

  • Ce petit chemin boutique à Tournon sur Rhône (miel, cosmétiques et bougies)
  • Close Tattoo Studio à Tournon sur Rĥône (baumes)
  • Epicerie Sésame zéro déchets à Aouste sur Sye (cosmétiques)
Mis en avant

Marathon de Noël

Tandis que les abeilles hivernent, l’heure est à la préparation des marchés de Noël. Au programme : transformation, production de cosmétiques, couture de pochettes et amélioration du stand.

Nous tiendrons un stand tous les weekends de Novembre & Décembre à partir du 19 Novembre. Pour plus d’informations sur les dates & les lieux rendez-vous ici.

Aussi nous avons le plaisir de vous annoncer deux nouveaux points de vente :

Mis en avant

Printemps sous la pluie

Pas facile d’être une abeille par les temps qui courent… Pluie, gelées tardives sur l’acacia et les fruitiers, abeilles cloîtrées en manque de pollen… Cette saison est pour le moins compliquée. Transhumance, nourrissement, apport en protéines, je fais tout ce que je peux pour pallier aux carences afin que les colonies puissent survivre et se développer. Mais clairement ce ne sera pas une année à miel. A la même période l’an dernier j’avais fait 2 récoltes. Mon travail cette année consiste à soutenir mes colonies pour ne pas qu’elles s’effondrent. Déprimant…

Mis en avant

Traitement hivernal

Le froid est là, les abeilles hivernent. Elles ne dorment pas mais se meuvent au ralenti. La reine ne pond presque plus désormais ou peut être même qu’elle a arrêté sa ponte. Un vrai hiver c’est important pour les abeilles. La « rupture de ponte » -moment sans couvain dans la ruche- nous permet de traiter efficacement contre le varroa qui ne peut plus se cacher dans les cellules de couvain.

Je suis allée traiter un peu avant Noël. En hiver je traite par dégouttement. Je verse un sirop de sucre tiède mélangé à de l’acide oxalique entre les cadres de la ruche, incitant ainsi les abeilles à se lécher et s’épouiller. Aussi l’acide oxalique à cette dose est inoffensif pour les abeilles mais toxique pour les varroas ; laissant ainsi un peu de répit aux abeilles et à leur couvain.

Malheureusement on ne se débarrasse jamais complètement du varroa et je sais que je devrai traiter à nouveau en fin d’été l’an prochain. Le développement du varroa étant exponentiel, mon intervention sert à éviter la saturation des ruches afin que mes abeilles soient en bonne santé. Bien évidemment ces traitements se font hors miellées, c’est à dire que les cadres de miel ne sont jamais en contact avec ceux-ci.

Mis en avant

Formules améliorées et nouveaux emballages !

Après des mois de recherche, de tests, de sondages, d’analyses de vos retours, encore des tests, des découvertes et des écueils (faut l’avouer !), j’ai amélioré mes formules & changé mes pots !

J’ai plaisir à vous présenter les nouveaux :

– Baume d’Abeille (neutre ou à la noisette – formule au touché plus sec et à la texture soyeuse pénètre plus rapidement pour laisser la peau douce et souple. L’effet tenseur de la noisette donne à la peau une apparence plus nette et resserre les pores.)

– Baume de soin Abeille Rouge (aux vertus antiseptiques et antibactériennes de la propolis aux qualités cicatrisantes du miel et de la camomille allemande, et à celles anti-inflammatoires de la lavande fine. Ce baume soulagera les peaux abîmées, irritées et inflammées. Parfait pour le soin des tatouages et des crevasses.)

– Déodorant (cette formule qui avait déjà un franc succès se dote d’un toucher plus soyeux et souple et d’huiles essentielles made in Drôme).

Ces améliorations s’accompagnent de nouveaux emballages pour lesquels nous concocterons bientôt de nouveaux visuels !

Vous comprendrez que ces changements induisent une augmentation du prix de mes produits (un emballage de meilleure qualité, l’utilisation de nouvelles matières premières, des choix renforcés de faire avec du bio et du local -autant que possible- et une ré-évaluation de mes charges jusqu’alors sous-estimées).

En espérant pouvoir vous faire découvrir bientôt toutes ces nouveautés, je vous donne rendez-vous très prochainement sur les marchés de Noël (pour plus d’informations à ce sujet suivez le guide !)

Mis en avant

Août, il est temps de traiter !

Ça y est ! La saison du miel est finie ! Nous avons récolté les dernières hausses de lavande fin juillet. Une belle récolte cette année ; j’ai hâte que vous la goûtiez !

Les miellées sont finies, oui ; mais pas le travail de l’apicultrice ! Et sous la combinaison avec la chaleur qu’il fait, faut s’accrocher !

Maintenant place aux traitements pour contre-carrer le développement exponentiel du varroa qui prolifère dans les ruches à cette époque de l’année.

Var-quoi ? Varroa destructor arrivé en Europe dans les années 70, il se développe développe rapidement et est présent à ce jour dans toutes les ruches. Ce petit acarien est un prédateur de l’abeille domestique qui -pour l’instant- n’arrive pas à s’en défaire seule. Un acarien donc, rond et plat, de couleur bordeaux, de la taille d’une puce environ.

Varroas se multipliant et se nourrissant d’une larve d’abeille.
Source http://www.gds-aquitaine.fr/abeilles/varroa-destructor/

C’est la principale cause de mortalité des abeilles actuelle, si les ruches ne sont pas traitées. Vecteur de virus, il se multiplie dans le couvain et se nourrit en piquant les larves d’abeilles en pleine gestation. Les abeilles naissent ensuite avec des carences en protéines, des déformations (des ailes, nanisme…) et des lésions qui deviennent une porte d’entrée pour les maladies. Le varroa peut venir à bout d’une colonie en 3 ans, mais sans traitement 1 année suffit au varroa pour interférer dans le développement de la colonie et sa production de miel.

Abeille atteinte du virus des ailes déformées avec un varroa sur l’abdomen.
source : https://www.agroscope.admin.ch/agroscope/fr/home/themes/animaux-rente/abeilles/bienenkrankheiten/viren.html

Plusieurs choix s’offrent donc à nous pour traiter les colonies. J’ai choisi ce qui est pour moi jusqu’à présent la solution en bio la plus douce et efficace : l’acide oxalique.

Cet acide naturel, appelé aussi « sel d’oseille » n’a d’efficacité qu’en période hors couvain. A cet époque de l’année il faut créer ce moment pour la ruche. Il s’agit pour chaque ruche de trouver la reine (parmi des dizaines de milliers d’individus) et de l’encager dans une petite boîte spécialement conçue à cet effet pour qu’elle puisse continuer à pondre (et ainsi continuer à émettre des phéromones) sans que les larves puissent se développer faute d’espace. La reine restera dans cette cagette scalvini pendant 21 jours, le temps de gestation d’une abeille, afin que les derniers œufs qu’elle a pondu dans la ruche aient le temps de naître et que la ruche n’ait plus de couvain.

Ainsi tous les varroas en dehors des alvéoles le traitement sera efficace. Il faut alors mélanger l’acide oxalique à un sirop d’eau et de sucre et en asperger tous les cadres de la colonie à 2 reprises à 3 jours d’intervalle. Un sacré boulot mais qui en vaut la chandelle quand on voit à quel point les colonies en sortent plus belles à posteriori !

Cette année je teste une nouvelle méthode pour les essaims de l’année : les bandelettes d’acide oxalique et de glycérine ; affaire à suivre !

Mis en avant

A la découverte des produits Fleur de Miel

Petit retour en images du stand tout en couleur au P’tit Marché Comme à La Maison

Cette année j’ai l’immense joie de vous proposer différentes variétés de miels, aux arômes et aux couleurs si différentes ! Un voyage sensoriel assuré, qui saura ravir les grands et les petits, les amateurs de douceur et ceux qui aime la puissance d’un miel qui se déploie en bouche. Accrochez-vous à vos papilles ; vous allez vous régaler !

La fameuse et irremplaçable teinture mère de propolis, à avoir toujours à porter de main pour un bobo ou un coup de mou. Naturelle & efficace, indispensable dans une trousse à pharmacie ! Attention au coup de fouet c’est puissant !

L’abeille d’hiver ou l’alliage parfait entre les abeilles et les plantes. Ce spray combine les propriétés de la propolis, du miel, de 4 huiles essentielles et de l’extrait de pépin de pamplemousse. Utile en toutes saisons ce spray s’utilise en interne et en externe. Goût agréable et doux pour les grands et les petits.

Le désormais fameux Baume d’Abeille ! Un baume simple et tout terrain à base de miel et de propolis à la douce odeur de vanille qui réconfortera les peaux des grands et des petits. A utiliser pur pour une hydratation intense ou mélangé à un hydrolat pour une application plus légère. Il convient aussi aux peaux les plus sensibles.

Lèvres d’Abeille, enfin un stick à lèvres sain produit avec des ingrédients 99% locaux (sauf la vanille qui vient de ma très bonne amie Delphine en Nouvelle Calédonie) ! Son léger goût de miel viendra déposer un voile sucré sur vos lèvres tout en les hydratants. Stick non-brillant, mat, tenue longue durée !

Et enfin le célèbre déodorant unisexe qui doit son succès à sa grande efficacité et son odeur fraîche ! Déodorant en pâte, très économe !

Mis en avant

Nouvelles du mois de Juin

Abeilles butinant les fleurs d’Acacia

Après un mois de Mai à passer entre les gouttes au cours duquel j’ai eu la chance de faire un peu de miel d’Acacia, le mois de Juin s’annonce plus tranquille.

J’ai récolté deux variétés de miel de Printemps et 2 Toutes Fleurs. Je découvre mes nouveaux emplacements et leur terroir m’ouvrent sur des miellées inconnues qui viennent marquer le miel de saveurs dont j’avoue ne pas connaître l’origine. J’ai bien des idées mais je vais faire des analyses pollinique pour en avoir le cœur net !

Miel qui coule après avoir été filtré
Production d’un miel Toutes Fleurs hors du commun en début de saison, couleur sombre et arômes de fruits rouges

Les lavandes avaient de l’avance mais la fraîcheur et la pluie de ces derniers jours ont retardé un peu leur éclosion. La Drôme annonce déjà des sécheresses, l’eau est la bienvenue !

Les colonies sont plus calmes, et les velléités d’essaimage moins fortes. Les reines du mois d’Avril ont commencé à pondre. Tout va bien ! Je vais bientôt refaire une session d’élevage.

Ces dernières semaines ont aussi été l’occasion de lancer une nouvelle cuvée d’hydromel ! Résultat dans… 2 ans ! Le temps d’apprendre à être patiente… !

Et aussi l’occasion d’avancer sur mes expérimentations au niveau cosmétique ! Je ne vous en dirai pas beaucoup plus afin de garder l’effet de surprise, mais je suis heureuse des avancées !

Mis en avant

Le P’tit Marché du 13 & 14 Juin

Retrouvez-nous le week-end du 13 et 14 Juin au Petit Marché Comme à la Maison !

Pour cette deuxième édition nous vous donnons rendez-vous à Combovin chez Mélanie et François au 205 Grande Rue.

Le principe ? Un marché de créateur.ices s’installe chez des particuliers le temps d’un week-end afin de vous faire découvrir les talents des artisan.es de notre région ! Un moment de détente et de convivialité assuré !

Mis en avant

C’est parti pour la saison !

Ruche vue du dessus
Une ruche vu du dessus au cours d’une visite.

Avril est là et le soleil aussi ! Les colonies se développent à grande vitesse. Confinement ou pas rien ne les arrête ! C’est le moment de mettre des hausses et de rééquilibrer les colonies. Certaines ruches se développent plus vite que d’autres ; parfois trop vite. Rapidement elles se retrouvent à court de place dans la ruche pour stocker la profusion de pollen et de nectar offert par les fleurs de pissenlit et de colza. Alors j’enlève un cadre de couvain par ci par là pour le transférer dans des ruches moins fortes afin de calmer les ardeurs des plus rapides. Si je ne suis pas assez rapide les abeilles bâtissent dans le nourrisseur (photo ci-dessous). C’est toute une question d’équilibre : laisser assez de couvain pour que la population de la ruche soit assez forte pour aller chercher la miellée et faire de la place à la reine pour qu’elle puisse exprimer sa ponte sans contrainte, avec le risque qu’elle essaime si la colonie est trop populeuse.

En période de développement les abeilles occupent tous les espaces libres de la ruche. Ici elles ont bâti dans le nourrisseur.

C’est aussi le moment de changer des reines et de faire des essaims : il y a à nouveau des mâles dans les ruches ! Alors je regarde la météo, ils annoncent de la pluie la semaine prochaine, ce n’est peut-être pas le bon moment pour commencer un élevage… Comment faire pour récolter mes cellules à 10 jours s’il pleut ? Comment orpheliner des colonies par temps orageux ? Mais va-t-il vraiment pleuvoir ? On manque d’eau dans la région ; ce serait une aubaine, et ça relancerai les floraisons. Mais si j’attends les colonies les plus fortes risquent de se sentir à l’étroit et d’essaimer au premier rayon de soleil… Il faut que je fasse des choix, vite, et les bons ! C’est à la fois excitant et stressant. Les abeilles n’attendent pas et si je n’interviens pas au bon moment après ce sera trop tard… !

Abeilles sur couvain fermé
Abeilles sur couvain fermé

C’est ce que j’adore avec l’apiculture, chaque saison : une nouvelle donne qui m’oblige à faire des choix stratégiques que je pondère entre ce que j’ai appris, mon éthique et mon ressenti. Sentir quand c’est le bon moment pour intervenir… et comment intervenir… Chaque ruche est une histoire, une personnalité, une dynamique, une reine. Pourquoi enlever un cadre de couvain à celle-ci et pas à celle là alors qu’elles ont le même nombre de cadres de couvain ? Je sais pas…sa dynamique, l’âge de la reine, je l’ai senti comme ça…! Le flair de l’apiculteur.ice… à aiguiser, avec l’expérience, progressivement, apprendre… ! Apprendre dans le concret, les mains dans les ruches, quelques piqûres par-ci par là quand je fais des erreurs, mais surtout, beaucoup, beaucoup de douceur. Acquérir de la dextérité pour être plus rapide, plus efficace. M’organiser mieux, pour moins me fatiguer et ne pas perdre de temps, moins stresser. La théorie c’est une chose, elle est nécessaire, essentielle, mais j’ai envie de trouver ma manière de pratiquer l’apiculture. On m’a appris ce qui « marche », maintenant je cherche ma voie dans tout ça… Tout un programme !

Abeilles sur couvain fermé
Abeilles sur couvain fermé